Mes expériences magiques péruviennes: Huachuma et Ayahuasca

Comme précisé dans mon article sur Cuzco, j’ai rencontré Chakira (prononcez T’chakira pour éviter de confondre avec la chanteuse!) lorsque je me suis fait faire un bijou de cheveux sur les marches au dessus de la fontaine de San Blas. Il est thérapeute vibratoire et musicien dans un groupe « Amaru Pumac Kuntur ». Nous commençons à discuter et de fil en aiguille nous parlons de cérémonie d’Ayahuasca et partageons le même point de vue sur cette plante médicinale qui permet d’évoluer et de s’élever au niveau spirituel. Je lui dis également que je veux éviter les  « pièges à touristes »!

peintures-coya-2

Je suis intimement convaincue qu’il est possible d’atteindre les mêmes effets sans la plante, mais le chemin est plus long. L’Ayahusca c’est un raccourci!

Petit retour en arrière; encore quelques semaines avant mon départ pour le Pérou je ne savais pas si j’avais envie d’essayer, ni si j’était prête pour cela. Quelques jours avant, en parlant avec des amis, je commence à me rendre compte que c’est sûrement le bon endroit et une fois arrivée à Cuzco que c’est le bon timing pour me lancer. Eloa sera de la partie, et Afia (collègue de la formation de yoga) aussi.

Huachuma ET Ayahuasca

Chakira est végétarien comme moi, il n’est pas chaman et le reconnaît volontiers, mais je sens très vite quelqu’un qui vit dans le partage, l’abondance, l’amour et surtout qui fait des cérémonies en « voie blanche » (basée sur l’amour). Aussi, quand il parle espagnol je le comprends car il ralentit la cadence ce qui est un avantage non négligable pour moi. Il me conseille de commencer par une cérémonie de Huachuma (ou San Pedro) pour s’ouvrir au monde des plantes-médecines du Pérou, et aussi pour allier le Yin (de l’Ayahuasca) et le Yang (du Huachuma). Il demande à rencontrer Eloa et Afia avant de prendre une décision, ce qui nous rassure sur sa façon de faire. Quelques jours plus tard les rendez-vous sont pris!

Rencontre avec grand-père Huachuma

Le breuvage issu de ce cactus de la région de Cuzco (préparé en 15h environ) se prends pendant la journée. Nous nous retrouvons tous sur San Blas et montons en taxi vers le site de Saksaywaman, à 10 minutes au dessus de la ville. Nous marchons une trentaine de minutes dans la montagne pour trouver un endroit tranquille, hors des sentiers battus et loin des touristes, afin de commencer la cérémonie.

huachuma


Le rituel de la cérémonie:
Sur un joli tissu coloré (péruvien biensûr!) Chakira dépose tous les accessoires qui seront utilisés: flûtes, plumes, pipe, tabac rouge en feuilles, feuilles de coca, palosanto, agua de florida, rapé, corasol (coquillage), et la bouteille avec la boisson biensûr! La cérémonie s’ouvre avec la pipe (en bois et pierre qui représente le serpent, le puma et le condor de la mythologie péruvienne) et le tabac que l’on se fait passer, puis continue avec un nettoyage énergétique (plumes, palosanto, agua de florida) et ensuite vient le tour du râpé (poudre naturelle qui permet de nettoyer la glande pinéale) qu’il nous souffle dans chaque narine. Juste pour une larme comme il dit! Sur moi ça fonctionne mieux que bien!


C’est donc le moment de boire le liquide jaunâtre, visqueux et amer qu’est le Huachuma. Un coquillage rempli, en guise de verre, pour chacune d’entre nous. Je passe la première, le goût est vraiment mauvais et me donne la nausée! Je regarde ensuite mes amies faire les mêmes grimaces que moi au moment d’avaler la médecine 🙂

Nous continuons ensemble notre périple dans la montagne et allons offrir quelques feuilles de coca à la Patchamama (la Terre), puis allons dans un endroit calme et plat pour nous reposer et faire un peu d’acro-yoga avec Chakira et Eloa. Afia, très fatiguée, se repose sur son matelas de yoga. Les nausées commencent à me quitter et Chakira propose de boire le deuxième verre à ce moment … le premier étant pour accoutumer le corps. C’est encore plus difficile à boire la seconde fois et il me faut toute ma volonté de n’être pas venue pour rien pour finir mon coquillage!

huachuma-mountainhuachuma-mountainhuachuma-mountainhuachuma-mountainhuachuma-mountainhuachuma-mountainhuachuma-mountain

Nous chantons ensemble quelques mantras, Chakira joue de la flûte, le soleil va bientôt se coucher, il est temps de rentrer sur Cuzco, que nous rejoindrons à pieds. Ma perception de la nature et du temps commence à changer un peu, mais rien d’incroyable pour le moment. C’est le cannabis proposé sur le chemin par Chakira qui sera le catalyseur (et pour les non-initiés; non ce ne sont pas les effets du cannabis!): à partir de ce moment je me promène dans une forêt enchantée, je vois presque comme en plein jour alors que la lune est nouvelle, je croise les trolls du dessin animé « La Reine des Neiges » et tout devient vivant autour de moi. Les filles vivent la même chose. Le Huachuma nous transporte dans un monde magique et joueur. Nous descendons le chemin en sautant (ce qui est incroyable vu l’état du chemin) et rigolant ensemble, dans la joie et la bonne humeur.

Nous entrons ensuite sur le site de Saksaywaman (qui est normalement payant la journée mais gratuit et désert pour nous en pleine nuit!) et profitons de ressentir son énergie, son magnétisme. Allongée sur une pierre je regarde le ciel étoilé et peux sans effort y voir les constellations, même celles que je ne connais pas; deviner ou même voir les liens entre les étoiles devient instinctif.


Sur le site il y a une « Chakuna » (labyrinthe sous la terre, dans la roche) que nous avons envie d’essayer. Imaginez, il fait nuit noire à l’intérieur! Chakira nous conseille de bien nous tenir la main et de faire attention à nos têtes! Je suis partante! Mais au moment de m’enfoncer dans la roche, dans le noir le plus complet, mon mental reprends le dessus et je fais marche arrière. Au bout de quelques minutes je laisse passer Eloa devant moi et la suit sans plus me poser de questions. Très vite, sans vraiment savoir comment, nous ressortons de l’autre côté de la montagne, c’est comme s’il n’y avait eu qu’un seul chemin possible!


Nous avons faim et nous pressons donc d’arriver à Cuzco. La lumière des lampadaires nous fait rapidement sortir de notre monde magique, mais le Huachuma continue à faire effet. Le temps n’existe plus, 5 minutes ou 5 heures, nous ne faisons pas la différence. Nous mangeons un hamburger végétarien entre plusieurs crises de fous-rires. Nous achetons le dessert dans une « tienda » juste à côté et allons boire un maté chez Chakira le temps de revenir à ce que nous connaissons comme notre réalité.


Les leçons du grand-père Huachuma:
La nature est vivante et harmonieuse
Nous ne faisons qu’un avec la nature
Nous ne faisons qu’un, entre nous
La mesure du temps est une construction de notre mental, seul le présent existe.


Et biensûr j’ai aussi mes petites leçons personnelles 🙂

Le lendemain nous recroisons Chakira et allons passer un joli moment chez lui, avec un de ses amis, autour d’un jeu de Yi-King, à faire tourner un maté de coca très très concentré, et donc amer, et autres… Un lancer de pièces donne l’hexagramme d’Afia: ses doutes s’envolent, c’est décidé elle continue l’aventure avec nous pour la cérémonie d’Ayahuasca!

Rencontre avec grand-mère Ayahuasca

La diète d’environ une semaine avant la cérémonie est connue comme très stricte, mais nous sommes végétariennes et ne buvons pas d’alcool donc c’est assez simple pour nous au niveau nourriture. Il faut y ajouter l’abstinence sexuelle et le jour même de la cérémonie seulement des fruits et légumes en jus.

Nous prenons un mini-van pour Coya (à 40 minutes de Cuzco environ) pour rejoindre la maison des amis de Chakira, au coeur de la vallée sacrée, chez qui se passera la cérémonie. Nous sommes accueillies par les 5 enfants de la maison d’Oscar et Damiana, les 4 chiens et le chat, dans un lieu en pleine nature. Il fait chaud et nous apprécions notre après-midi là-bas: repos et yoga.

maison-coya

En fin de journée je ne suis pas en grande forme (style gastro je vous passe les détails) et nous partons à la recherche d’un avocat (le fruit!) sur les conseils de Chakira. Ce n’est pas chose simple et après plusieurs boutiques nous finissons par trouver le seul avocat en vente dans la ville je pense!


Donc à vos stylos pour la recette qui permet d’éviter la déshydratation et de stopper les crampes d’estomac: poêler rapidement le noyau d’avocat pour le sécher, le râper ou le couper en petits morceaux, et le faire torréfier. Il sert ensuite à faire une infusion, à boire trois fois sur 12h.


Nous prenons quelques heures de repos pendant que Chakira prépare la salle. Vers 22h (l’Ayahuasca, mélange de plusieurs plantes, se prends toujours de nuit) il nous appelle et nous commençons la cérémonie. C’est le même rituel à peu de choses près que pour le Huachuma … et le verre d’Ayahuasca est plus petit (car plus intense). Ce n’est pas bon non plus, mais pour moi c’est toujours meilleur que le San Pedro. Je mâche quelques feuilles de coca pour faire passer le goût.

Je sens la plante commencer à faire effet et à m’envahir complètement. Il me devient très très difficile de bouger et les quelques pas qui me séparent de la bassine à ma disposition me semblent infranchissables. Je l’atteins avec beaucoup de courage, sans trop savoir comment! La plante commence son travail de nettoyage du corps (comprenez bien qu’il faut se vider l’estomac!). A ce moment, difficile de savoir ce qu’il m’arrive, ça me rappelle un peu des jours de forte fièvre. Je ne sais plus trop où je suis…

abuelita-san-blas

Surtout ne pas lutter et laisser la plante faire son travail!

J’en suis consciente et cela me permet de me connecter à l’énergie de l’Ayahuasca et de mieux vivre ses vagues de nettoyage. Chakira est présent à chaque instant, avec sa voix, ses instruments, ses gestes et est d’un grand soutien. Quand je comprends enfin que la partie nettoyage arrive à sa fin je peux m’allonger tranquillement. Je sens l’énergie la plus intense de la plante me quitter et aller faire son travail du côté d’Eloa! Je peux continuer mon voyage plus sereinement. Je me remets sur pieds, comme je peux, pour retourner m’asseoir à côté d’elle et la soutenir, plus moralement qu’autre chose!

Mon voyage en vrac:
J’ai vu les ondes créées par la musique de Chakira. Régulières, colorées, elles envahissait toute la pièce. Je me suis couchée aux côtés de Rafiki (le singe chaman du Roi Lion) qui veillait sur moi. J’ai découvert la puissance du coeur et de l’amour qui nous enveloppait de sa douce lumière verte. J’ai fait un voyage astral, direction l’Europe, pour me rapprocher de mes enfants, un grand moment! J’ai fait le lien entre l’énergie que je peux sortir de mes mains et sa source: mon coeur!

Nous restons dans la pièce de la cérémonie jusqu’à ce que chacune d’entre nous aille un peu mieux (le nettoyage pour Afia a été long et difficile), puis montons à l’étage dans une chambre pour nous reposer. Il est important de changer de lieu afin de se couper de la médecine de la plante.

Un peu plus tard dans la journée nous faisons un feu et une offrande à la Patchamama pour clôturer la cérémonie.

offrande-patchamama

Mes conseils pour une cérémonie d’Ayahuasca

1. Rencontrer le chaman ou guide spirituel au préalable, il est important de pouvoir lui faire confiance et d’être à l’aise avec lui et ses méthodes.

2. Surtout ne pas lutter contre la plante, se laisser aller à ses bons soins. Avoir l’habitude de remettre mon mental sur le droit chemin dans ma vie de tous les jours est la plus grande aide que j’ai eue. C’est comme un muscle, il faut s’entrainer!

3. Faire une cérémonie en petit groupe (nous étions 3 pour 1 guide et il n’a pas chômé!). C’est important de pouvoir entrer en contact avec son guide dès que cela vous semble nécessaire.

4.L’Ayahuasca est avant tout utilisée pour nettoyer le corps et ses effets hallucinogènes ne sont pas toujours au rendez-vous. Il est donc important de bien utiliser la plante-médecine en émettant une intention claire sur ce que vous voulez en retirer.

5. Faites bien la diète!

Pour le point de vue d’Eloa, allez voir ici.

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article:

  • le grand père Huachuma

Commentaires

comments

About the author  ⁄ Carolyn

Rejoignez-moi sur mon profil Google+

5 Comments

  • Répondre
    3 septembre 2014

    Wahouhhhh, quelle expérience !!!!
    Il faut oser et surtout avoir vraiment confiance en la personne qui officie* Le fait de ne pas être maître de ses réactions et devoir s’y laisser aller est quelque chose qui angoisse la plupart des gens ; Et puis cette sensation de nausées après la boisson , bon, mais se rendre compte de la notion du temps qui n’existe pas, le temps qui est une construction de notre mental, ça je l’ai lu il y a peu de temps et tu en as fait l’expérience !!! Je vous trouve très courageuses d’avoir voulu le vivre !!!! Un évènement dont on ne doit pas parler je pense dans les agences de voyage qui organisent des séjours au Pérou !!!
    Je vais aller lire maintenant le point de vue d’Eloa. Gros bisous à vous les filles.
    christyn Articles récents…dans les Jardins de William ChristieMy Profile

    • Répondre
      Carolyn Author
      4 septembre 2014

      Merciii! C’était une belle expérience. Oui c’est possible de le faire via des agences de voyage, mais avec des grands groupes de personnes (parfois plus de 50!!) et sans rencontrer le chaman au préalable. Nous étions 3 et c’était déjà beaucoup de travail pour Chakira de nous soutenir et nous entourer!

  • Répondre
    7 septembre 2014

    Comme tu as bien décris tout ça ! J’ai aussi vécu une expérience avec l’ayahuasca, mais je crois que je ne suis pas encore en mesure de la partager ! ça n’avait pas été que rose… 😉 Mais ce que nous raconte la plante, il faut l’écouter, hein !
    Aude Articles récents…Camping au Canada dans les Laurentides, épisode 2My Profile

  • Répondre
    23 octobre 2014

    Merci pour ton témoignage! Franchement je ne sais pas si n’oserai, j’ai entendu tellement de choses.. Mais bon c’est en lisant les expériences des autres que l’on peut se faire une idée! Bravo en tout cas!
    Planet Addict Articles récents…{Mission 2} Les premières pierres d’un projet de permacultureMy Profile

  • Répondre
    11 janvier 2015

    Mais quelle expérience !!!

    On entend un peu tout et n’importe quoi sur ces expériences et ton témoignage est éclairant (en plus d’être agréable à lire ce qui n’enlève rien !)… Je pense que le fait de bien connaître le chaman (ou du moins d’avoir un bon feeling avec lui avant) est primordial 🙂 🙂

    Bon ben on n’a plus qu’à aller au Pérou maintenant !

CommentLuv badge