Copacabana, La Paz et Santa Cruz: villes de Bolivie et de passage

Notre début de voyage en Bolivie; un passage rapide par ces trois villes avant de rejoindre notre premier objectif bolivien, le petit village de Samaipata. Trois villes bien différentes, qui ne m’offrent pas ce que je recherche en tant que voyageuse, mais qui ont quand même le droit à un article pour essayer de vous en faire ressentir l’ambiance que j’y ai vécu et vous donner quelques bonnes adresses.

Copacabana, ville « balnéaire » au bord du lac Titicaca

Nous partons de Puno au Pérou en bus pour Copacabana, ville bolivienne également au bord du lac Titicaca. Le trajet est assez rapide, environ 3 heures et l’escale piétonne pour passer la frontière entre les deux pays dure environ 1 heure (peut être plus si plusieurs bus arrivent en même temps). Attention: du côté Péruvien il est important d’aller faire tamponner le petit papier reçu à l’entrée dans le pays par la police avant d’aller aux douanes … rien ne l’indique et ce serait dommage de faire la queue pour rien … plusieurs personnes devant nous se sont fait avoir: retour à la case départ! Elles ont du recommencer les files d’attente; police puis douane.

Nous rejoignons Copacabana, à 8 km de la frontière, rapidement après que tous les passagers du bus aient effectué leurs formalités d’entrée en Bolivie. Ici nous avons eu le droit à un visa de 30 jours seulement et les douaniers nous expliquent que pour avoir le visa de 90 jours il faut aller dans un bureau à la Paz ou autre grande ville. 1 mois devrait largement nous suffire, donc pas de souci à se faire.

2-copacabana


Carnet d’adresses:

Hostal « Puerto Alegre » – Manuel Mena Meija 190
25 bolivianos par personne en chambre double avec salle de bain commune. C’est une chambre triple mais nous ne sommes que toutes les deux à l’utiliser. Les douches et toilettes sont très propres, la douche y est plutôt tiède que chaude. Au dernier étage il y a une terrasse accessible à tous avec une belle vue sur la ville. J’ai pu y profiter du soleil levant pendant ma séance de yoga matinale.


A notre arrivée nous cherchons un logement pour la nuit ou plus longtemps, n’ayant pas encore décidé de notre programme sur place. Tout le monde, et je dis bien TOUT le monde nous avait prévenu: la Bolivie c’est le pays le moins cher d’Amérique du Sud, moins cher que le Pérou!

Ah bon? Ben je dois pas être dans le bon pays car ici tout me semble au moins aussi cher qu’au Pérou. Premier exemple: mon péché mignon péruvien, l’avocat! A Copacabana il faut compter le double du prix … idem pour les tomates! Après discussion avec la « mamita » du marché, je comprends que les avocats sur l’étalage de Copacabana sont importés du Pérou car ce n’est pas la saison en Bolivie! Ok, alors ce n’est peut être pas le meilleur exemple. Mais les prix du logement et des repas sont équivalents au Pérou. Et cela n’a pas changé durant tout le voyage en Bolivie; d’ailleurs les autres voyageurs que nous avons rencontré sur le chemin sont formels: la Bolivie et le Pérou ça se tient au niveau budget!

Qu’il a été difficile de quitter ce Pérou si cher à mes yeux! Il gagne haut la main sur toutes les comparaisons que je peux faire entre ces deux pays pourtant si proches. Allez maintenant je passe en mode « Bolivie » pour voir les beaux côtés de ce pays et en profiter au maximum!

Copacabana est la ville d’entrée pour la « Isla del Sol » sur le lac Titicaca. Revenant juste d’Amantani et Taquile, nous décidons de passer notre route. Au marché communal nous dégustons les « buñuelos », sortes de beignets frits et servis avec du sirop d’anis … délicieux! Nous goûtons « l’api », boisson chaude au maïs avec des épices. Ça tient au corps, et ce n’est pas ma tasse de thé! Un petit tour dans la ville, et le lendemain, départ pour La Paz.

3-bunuelos-api

S’il y a bien un trajet en bus à faire c’est celui entre Copacabana et La Paz! Rien ne prédisait un parcours aussi atypique: il faut traverser le lac … en bus! Non il n’y a pas de pont, ni de route … et c’est bien le bus qui traverse ce bout de lac … sur une embarcation en bois qui laisse à désirer! Les passagers sont priés d’emprunter un petit bateau « à touristes » à 2 bolivianos par personne (10 centimes d’euros). Oh non! c’est pas drôle! on ne peut pas rester avec le bus sur son rafiot craquant? Non c’est interdit nous dit le chauffeur, descendez! Et il n’a pas l’air commode.

4-bus-magique

Quelques coups d’oeil aux alentours … pourquoi certains passagers sont restés dans le bus? et pourquoi certains locaux s’assoient carrément à côté du bus? Ni une ni deux, lorsque le groupe de touristes part vers le passeur, nous nous esquivons et allons nous asseoir à côté du bus 🙂 Un autre couple de français (tiens?! c’est bizarre :-)) fait de même. Au final, une traversée beaucoup plus fun, complètement improbable, et moitié moins chère! Nous remontons dans le bus lorsqu’il met roues à terre, et reprenons notre route vers La Paz.

5-bus-magique

La Paz, où l’eau bout à 87°, capitale économique la plus haute du monde

Une étape ajoutée sur notre route grâce à l’accueil chaleureux d’Afia (rencontrée pendant ma formation de yoga à Cuzco), qui nous prête volontiers un bout de sa chambre, aussi longtemps que nous le voulons! A notre arrivée, un festival de plats végétariens tous aussi bons les uns que les autres nous font oublier les derniers jours à Puno et Copacabana où il avait été difficile de faire varier des plats sans viande.

L’après-midi nous sommes prises en charge par Afia et tous ses colocataires pour étrenner la première ligne « rouge » du téléphérique récemment construit. C’est la ligne qui relie La Paz à El Alto, ville à plus de 4000 mètre d’altitude. Nous flânons dans le marché dominical d’El Alto où il est possible d’acheter tout ce que vous voulez! D’ailleurs Samuel et Claudia se laisseront tenter par les 8 DVD d’une série-télé « novela » coréenne, sous-titrée en espagnol, « Pan, Amor y Sueños », futile mais addictive, que nous copierons et qui nous accompagnera lors de nos futurs trajets en bus! Nous sommes surprises par les prix des voitures en Bolivie, toujours mentionnés en dollars américains, qui atteignent des montants faramineux pour des voitures aussi vieilles! (souvent plus de 15 ans et au minimum 8000$).

Les 2 jours suivant seront passés à marcher dans la ville, autour du marché Rodriguez, du quartier de Sopocachi et des rues commerçantes de Linares et Sagarnaga. Le petit-déjeuner à La Paz restera pour nous un mystère car c’est la première fois que nous n’arrivons pas à le prendre au marché … pas la bonne heure, pas le bon endroit … rien n’y fait!

6-la-paz

La tension et la pollution urbaines nous font vite ressentir un grand besoin d’air pur et de campagne. Nous partons le mercredi en fin de journée en direction du terminal terrestre et y trouvons un bus pour Santa Cruz (notre objectif étant Samaipata). Pour 140 bolivianos nous avons le droit à un car grand confort (compagnie San Francisco) avec des sièges larges et inclinables, une bonne nouvelle pour les 17 heures de trajet qui nous attendent. Au petit matin, nous avons même le droit à un film! Pas très récent, dont je ne me souviens pas le nom, avec Jean-Claude Van Damme… Nous sommes arrivés à la première moitié du film lorsque le bus fait une pause déjeuner. En reprenant la route, surprise, nous ne verrons pas la fin, mais un autre film! « Seul au monde » avec Tom Hanks … je préfère donc tant mieux pour moi 🙂 Une quinzaine de minutes avant notre arrivée à Santa Cruz, le chauffeur du bus coupe le film. Il ne devait rester que 5-10 minutes à voir, maximum … décidément, notre chauffeur semble avoir un problème avec la fin des films!


Carnet d’adresses:

Restaurant végétarien Namas Té – Zoilo Flores 1334 (esquina Almirante Grau)
Le menu est servi de 12 à 14h seulement, peu de tables il vaut mieux réserver. Nous avons déjeuné à la carte, une très bonne adresse. Et ils vendent les barres de céréales d’Afia!

Blueberries Café – Avenida 20 de Octubre 2475
Nous y avons pris un très bon petit déjeuner (compter 20 à 30 bolivianos par personne) et utilisé leur wifi qui est assez performant pour un appel Skype.

Je n’ai pas testé mais cela peut servir pour les backpackers végétariens!
Tomate Café – Avenida Ayacucho 376
Armonia – Avenida Ecuador 2886


Santa Cruz, le St-Trop’ bolivien

Changement de climat à notre arrivée! Nous avons perdu plus de 3000 mètres d’altitude en comparaison avec la Paz, et il fait chaud, très chaud! Nous rangeons poncho, écharpes et autre polaires dans, ou plutôt sur, nos sacs. C’est le début d’après midi au terminal de bus et nous décidons qu’il est trop tard pour reprendre la route vers Samaipata. Nous prenons donc un taxi pour le centre ville afin de trouver un logement.

Cette ville est décidément pleine de surprises … des boutiques de mode comme en Europe, style balnéaire avec mini-shorts et sandalettes en vitrines. La place centrale est très jolie, grande et arborée. Au marché « Florida » nous nous faisons plaisir avec un jus de fruit frais et des « empenadas » au fromage.

Le dîner est plus compliqué car la plupart des restaurants sont fermés, et nous nous retrouvons devant une pizza dans un « food hall » à l’américaine. Au départ un peu désappointées de laisser tomber notre régime de nourriture locale, nous finissons par nous acheter une glace dulce de leche et chocolat accompagnée de crème chantilly, coulis caramel, morceaux et coulis de chocolat! Un repas à elle toute seule… en nous dirigeant vers la place afin de consommer cette gigantesque douceur, nous passons devant un magasin de vêtements « mode à l’américaine » et rigolons de ce paradoxe en sachant que les américains doivent payer un visa de plus de 100$ pour rentrer en Bolivie!

7-santa-cruz


Carnet d’adresses:

Hostal Alojamiento « 24 de Septiembre » – Calle Santa Barbara 79
30 bolivianos par personne en chambre double avec salle de bain commune, propre (il y a toujours quelqu’un en train de nettoyer) et avec de l’eau chaude! La literie n’est pas géniale par contre, assez dure.


Le lendemain matin nous prenons la route pour notre prochaine étape: Samaipata!

Commentaires

comments

About the author  ⁄ Carolyn

Rejoignez-moi sur mon profil Google+

One Comment

  • Répondre
    29 septembre 2014

    Coucou ma Caro,
    Un changement qui te laisse une sensation de dépit ? Heureusement pour le bon côté des choses que vous ayez des personnes avec qui parcourir les lieux; Est ce que les voitures sont des modèles américains, européens ou total look typique du coin ?
    Pour la traversée du bus sur le bac, je vois que vous n’avez pas l’intention de vous faire rouler: « one point  » pour vous / zéro pour le chauffeur pas commode !!! Et la douceur dulce de leche, ça me rappelle Genève **** mais avant Samaipata, ça me semble une bonne ID ce dessert ; j’attends avec impatience la semaine à Samaipata, je veux vous voir à l’oeuvre les filles *** gros bisous; Maman
    christyn Articles récents…La Nature nous livre ses secretsMy Profile

CommentLuv badge